15/12/2016 – Prêcher en chapitre dans les ordres religieux (XIIe-XVe siècle) Premiers jalons d’une enquête collective

La journée d’étude « Prêcher en chapitre dans les ordres religieux médiévaux (XIIe-XVe siècles) », s’est tenue le jeudi 15 décembre 2016 (CIHAM) : elle avait pour objectif de jeter les bases d’une enquête collective sur la prédication solennelle dans le cadre des chapitres généraux des ordres religieux médiévaux. Coordonnée par Cécile Caby, l’enquête entend fédérer autour d’un groupe de membres du laboratoire CIHAM, où les études sur la prédication jouissent d’une riche tradition (Nicole Bériou, Marjorie Burghart, Alexis Charansonnet), des participants venant d’horizons divers et que l’on souhaite toujours plus nombreux.

Le rôle et le fonctionnement des réunions capitulaires (chapitres provinciaux ou généraux) dans l’organisation institutionnelle des ordres religieux à partir du XIIe siècle ont fait l’objet, au cours des dernières décennies, d’enquêtes qui en ont souligné l’importance tant à l’échelle des ordres eux-mêmes que des relations entre ces structures et la papauté. Bien que l’existence, au sein des rituels présidant à ces réunions, de prises de parole normées et institutionnalisées ait été maintes fois relevée, elles constituent encore en elles-mêmes un gisement mal connu et mal étudié, qui peut pourtant permettre d’approcher d’une autre manière ces moments essentiels de la construction (et re-construction) des ordres, ainsi que les techniques de communication interne et de gouvernement mis en œuvre par les réguliers.

Cette première rencontre a tenté de poser les jalons d’une enquête dans cette direction, en soulignant l’intérêt d’adopter une chronologie longue (jusqu’à la fin du XVe siècle) en mesure d’englober les transformations formelles de ces prises de paroles, du sermo modernus jusqu’à la mutation épidictique bien perceptible en Italie dès le milieu du XVe siècle, d’embrasser l’ensemble des réguliers (moines, chanoines et mendiants) et enfin de partir systématiquement d’une approche du matériau documentaire en lui-même. Un premier aspect du projet consistera en effet à promouvoir – sans viser l’exhaustivité – un recensement des traces écrites de ces prises de paroles conservées : aussi bien leur mention dans les sources normatives ou éventuellement narratives que, surtout, leur conservation écrite, sous les formes habituelles (et habituellement problématiques) pour la prédication.

Les résultats d’un premier repérage, mené par Cécile Caby dans le cadre de son séminaire de recherche avec les étudiants du master Mondes Médiévaux (Lyon2, Lyon III, EHESS, ENS, Université Savoie-Mont-Blanc) et rapidement présenté en introduction, mettent d’ores et déjà en évidence :

– la richesse des documents normatifs concernant l’organisation de ces prises de parole chez les moines bénédictins (les « moines noirs » anglais, mais aussi de l’actuelle France) qui permettent de fixer le cadre global d’une mise en scène que l’on retrouve dans la plupart des ordres, à quelques variantes près ;

– l’importance du gisement textuel, y compris pour certains ordres dont le fonctionnement institutionnel n’est pas forcément des mieux connu en général (comme les chanoines victorins) ou sur ce point précis (cisterciens) ;

– enfin quelques indices permettant de repérer ces sermons ou discours (titres, thema récurrents en lien avec d’éventuelles occasions liturgiques associées à la célébration des chapitres comme la Sainte-Croix chez les Cisterciens ou la Pentecôte chez les Mendiants) dans les recueils manuscrits.

Dans la deuxième intervention de la matinée, Florent Cygler (Université de Nantes) a approfondi la question des prises de parole capitulaires à partir des sources statutaires, les replaçant dans le déroulement des assemblées capitulaires et s’interrogeant sur la question plus globale de l’oralité dans ce contexte. Quant à Eleonora Lombardo (Institut d’Études Médiévales de l’Université Nouvelle de Lisbonne), elle a proposé les premiers éléments très stimulants d’une étude de cas concernant un ensemble de sermons prononcés au cours des chapitres des frères mineurs, pour souligner les phénomènes de réemploi d’un même sermon et son éventuelle adaptation au cadre capitulaire. Autant de phénomènes qui invitent à s’interroger sur les éléments qui font un sermon de chapitre et que l’on peut, le cas échéant, réutiliser dans des modèles conçus pour d’autres occasions pour les adapter à cette circonstance particulière. Alexis Charansonnet, souffrant, n’a pas pu présenter le corpus de sermons composés et prêchés par Eudes de Châteauroux pour les chapitres généraux de différents ordres : un corpus qui soulève la question – relevée dès l’introduction – des acteurs de cette prédication capitulaire (quels membres de l’ordre et/ou du clergé hors de l’ordre ?) et, dans le cas du cardinal Eudes, de la fonction éventuelle de ces prises de parole cérémonielles dans la promotion et le contrôle par la hiérarchie ecclésiastique de la réforme des réguliers.

Les discussions à l’issue des communications, auxquelles ont participé Florent Coste (EFR), Emmanuelle Choiseul (ENSSIB), Yoichi Yohkaji (Lyon 2) et les étudiants présents, ont permis d’envisager un cycle de réunions de travail régulières qui permette d’alterner des approches par contexte institutionnel (les sermons pour les chapitres de moines noirs, pour les chapitres des mendiants etc.) et des approches qui s’affranchissent des divisions entre familles régulières pour explorer plutôt certains sujets récurrents (sermons sur la règle ou sur des fonctions comme de prioratu ou de electione) ou certains choix formels très significatifs. La prochaine rencontre aura lieu en novembre ou décembre 2017 au CIHAM.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.