Marguerite Vernet, La question de la communauté dans les sermons “in generali capitulo” d’Absalon de Saint-Victor, mémoire de M2 sous la direction de Cécile Caby (Master Mondes Médiévaux, Lyon 2, 2019)

BnF Lat. 14936, f.16rb (Sermo XVII)

 Le mémoire, soutenu en juin 2019 en présence de C. Caby, A. Charansonnet et C. Chevalier-Royer, porte sur l’étude de quatre des cinquante-et-un sermons attribués à Absalon de Saint-Victor, distingués par leur occasion in capitulo generali.

L’intérêt constant dont les traités victorins font l’objet ne fait que souligner davantage le retard historiographique relatif à la prédication victorine. En effet, en dépit de quelques études pionnières proposées principalement par Jean Châtillon et Jean Longère, le renouveau dans l’étude de la prédication entamé depuis les années 1970 a laissé peu de place au cas victorin.

L’étude des quatre sermons in generali capitulo d’Absalon de Saint-Victor1 permet d’approcher cette prédication de façon originale, à travers le lien qu’elle entretient avec la problématique communautaire. La double nature de performance orale et de texte écrit inhérente au sermon, permet d’envisager plusieurs types de communautés, communautés d’audition, communautés textuelles, communautés de transmission, communautés de pensée, communautés de pratique qui s’englobent les unes les autres et permettent d’éclairer la réalité de la communauté victorine.

Les sermons in generali capitulo participent à la construction identitaire de la communauté, présentant ses membres comme des contemplatifs et des réguliers, obéissant d’abord à la Règle de saint Augustin, puis à un corpus normatif qui se conçoit principalement comme le contenu du Liber Ordinis Sancti Victoris. Les sermons permettent aussi d’approcher le fonctionnement concret de l’ordre victorin en tant que communauté fédérant diverses abbayes autonomes. La valorisation de la communauté trouve cependant son expression la plus évidente dans le discours ecclésiologique proposé par Absalon. Ce dernier présente une Église victorine dont la réalité terrestre tend à absorber la totalité de la nature de l’Église. L’Église et la communauté restent bien spirituelles et divines, fondées dans le Christ, cependant c’est l’aspect terrestre et organisationnel qui dès lors porte cette réalité. L’ensemble de ce discours sur la communauté doit enfin être éclairé par la nature même du sermon qui, par sa dimension performative, fait advenir la communauté parmi les auditeurs, les disposant à la deuxième partie du chapitre général, plus administrative, que ces sermons inaugurent.

1 L’identité de ce Victorin fait l’objet d’un débat historiographique. Il est aussi désigné sous le nom d’Absalon de Springiersbach. Il est l’auteur d’un recueil de 51 sermons dit Sermones festivales édité par Migne dans la Patrologie Latine, 211, col. 11 à 294D. Les quatre sermons que nous étudions appartiennent à ce corpus (ibid., col. 157D à 182A).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.